Ensio Miettinen et l’esprit Ensto


Né pour être entrepreneur

Ensio Miettinen est né en 1929 dans une famille d'entrepreneurs, dans laquelle avoir l'esprit entrepreneur était une question d'héritage. Pour Ensio, l'enfance était plus une histoire de préparation pour l'avenir que de jeu: il a été élevé par son père ingénieur car sa mère est décédée peu après sa naissance. Ensio a passé son enfance à Vyborg, mais la guerre a commencé quand il avait 9 ans et il a dû être évacué vers la Finlande centrale.
Ensio a commencé sa carrière en tant qu'étudiant en école polytechnique à l'âge de 22 ans, chez Puristustuote Oy, une entreprise que gérait son père. Ensio décrivait sa relation avec son père de la manière suivante : « malgré les hauts et les bats, l'amour et la haine, c'était la force motrice fondamentale derrière ma carrière d'entrepreneur et ma vie. » « Ouvre un stand de hotdog si tu le dois, mais ne travailles pas pour le compte de quelqu'un d'autre, » disait son père. En 1958, après six ans de travail, Ensio était prêt à ouvrir sa propre entreprise.

Une volonté de fer et un sens de l’innovation

Ensio se remémore les tous débuts de sa carrière, « bien sûr que j'étais certain de réussir. Je connaissais le secteur par cœur. Quand j'avais 22 ans, je suis allé travailler pour Puristustuote Oy, et à 23 ans je gérais déjà l'entreprise. Pour un directeur technique, j'étais exceptionnellement jeune, par conséquent, je  n'aspirais pas beaucoup de respect auprès des relations professionnelles qui appartenaient à une toute autre génération. Néanmoins, à l'âge de 28 ans je fondais mon propre bureau d'ingénieurs, Insinööritoimisto Ensio Miettinen, et j'ai commencé avec la production et le lattage de petits composants métalliques. » Les premières années ont été caractérisées par un rythme de travail intense et de l'entreprenariat. 


Une soif inépuisable pour de nouvelles connaissances et la capacité de faire des observations et déductions ont aidés Ensio à créer une entreprise successeuse. Tout juste sept ans plus tard, l'entreprise  d'Ensio était plus grande que celle de son père. Dans les années 1970, il a élargie le portefeuille produits de l'entreprise pour inclure de nouveaux secteurs, et dans les années 1980, il s'est lancé dans l'internationalisation. Savoir comment agir et implémenter le développement produit – l'innovation – a toujours fait partie des forces d'Ensio, les plus de 100 brevets en son nom en sont un parfait exemple.

Un directeur d'entreprise innovateur

Pendant la récession de 1975, quand Ensio avait 45 ans, Ensto a surmonté une crise importante. Ensio disait ironiquement: "J'ai arrêté d'être un ingénieur et je me suis concentré sur l'électronique des âmes, et je ne plaisante qu'à moitié en disant cela." Les pensées d'Ensio sur la direction d'entreprise se sont développées au cours de séries de journal qu'il distribuait à ses amis et collègues de travail.


Après avoir enrôlé Esa Saarinen, philosophe, en tant que co-auteur, le livre "Muutostekijä" (Le facteur du changement) a été publié pour pousser les gens à penser au facteur humain dans la vie du travail. Le livre est devenu un succès en Finlande, il a été suivi par d'autres livres comme "Klassinen liberalismi" (Le libéralisme classique) et "Luottamuspääoma" (Le capital confiance), co-écrits avec Risto Harisalo, expert en administration d'entreprise; des livres remplis d'observations impartiales sur la société finlandaise, qui ont eu un fort impact sur la culture d'entreprise finlandaise. Selon les mots d'Ensio, "En tant qu'entrepreneur je sais que vous ne pouvez pas changer les gens, au travail ou ailleurs. Ce que vous pouvez faire par contre, c'est travailler la terre, et la confiance va soit prospérer ou disparaitre." Le concept du capital confiance est basé sur cette idée, tel que le sont les valeurs d'Ensio.L'héritage d'une entreprise de famille.

L'héritage d'une entreprise de famille

L'entreprise fondée par Ensio Miettinen existe encore et se porte bien. Ses valeurs resteront au cœur d'Ensto, une entreprise familiale, même si la responsabilité et le pouvoir associé à la possession de l'entreprise ont été transférés à la deuxième génération en 2001. Ensio pense que les entreprises familiales avec un visage humain demeurent critiques dans un monde globalisé dans lequel il a y peu de barrières commerciales.